Nicaragua. Le gouvernement libère plus de 200 prisonniers politiques, dont deux Franco-Nicaraguayennes

Plus de 200 prisonniers politiques ont été libérés ce jeudi au Nicaragua par le gouvernement de Daniel Ortega et sont en route pour les États-Unis.

« 222 prisonniers politiques arrivent à Washington, ils ont été libérés », a déclaré dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux Arturo McFields, un ancien ambassadeur du Nicaragua à l’Organisation des Etats Américains (OEA). Ce dernier avait été évincé de son poste après avoir qualifié son pays de dictature. Il vit désormais aux États-Unis.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



Les deux Franco-Nicaraguayennes parmi les personnes libérées

Javier Alvarez, un Nicaraguayen vivant en exil au Costa Rica, a confirmé à l’AFP que parmi les personnes libérées se trouvent sa femme et sa fille, qui ont également la nationalité française. Jeannine Horvilleur Cuadra, 63 ans, et sa fille Ana Alvarez Horvilleur, 43 ans, avaient été arrêtées en septembre dernier pour avoir prétendument conspiré pour porter atteinte à l’intégrité nationale et diffusé de fausses nouvelles. Elles devaient être jugées pour « complot » contre le pouvoir.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



Un tribunal nicaraguayen a confirmé la libération et l’expulsion des 222 prisonniers, tout comme une source diplomatique à Managua, la capitale du Nicaragua. Le gouvernement de Daniel Ortega n’a en revanche pas fait de déclarations à ce sujet pour le moment.

Washington a salué la libération de prisonniers politiques, parlant de mesure « positive ». Plus de 200 opposants ont été envoyés en prison dans le cadre de la répression qui a suivi les manifestations ayant éclaté en 2018 contre Daniel Ortega, président du Nicaragua depuis 2007.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *